Chères sœurs d’hier et d’aujourd’hui,

Le rapport de la cellule d’écoute et celui de la visite apostolique ont maintenant été remis au Dicastère. À la suite de cela, Rome nous a transmis des indications précises sur le travail de discernement et de réforme que nous devons mener.

Il est clair, et nous l’entendons de manière précise, qu’un certain nombre d’entre vous qui avez partagé notre vie, celle de notre Institut, à un moment ou un autre de notre histoire et un certain nombre d’entre nous qui sommes restées, ont pu souffrir ou souffrent encore de certaines manières de faire. Nos manières d’accompagner les vocations et les personnes, nos manières d’avancer, notre rythme de vie, le manque d’écoute ressenti, notre façon de gouverner ont pu générer un sentiment de souffrance et d’injustice chez un certain nombre de sœurs, fragiliser, blesser d’autres, parfois de manière profonde. Certaines de ces « manières -là » étaient peut-être bien dues, pour une part, à l’inexpérience des commencements, mais cela n’enlève rien à notre responsabilité collective, nous en sommes conscientes. Notre responsabilité actuelle, en tout cas, est claire : il nous revient de revisiter profondément notre histoire, celle de notre fondation et des années qui ont suivi, notre manière de gouverner et de prendre soin des personnes et des communautés, pour  réfléchir aux décisions concrètes qui s’imposent. Le travail que nous allons maintenant entreprendre, en dialogue avec nos frères, comme au sein de notre propre Institut, aura soin de mieux exprimer notre « charisme », de retravailler nos Constitutions et notre programme de formation pour entrer dans des pratiques plus attentives et plus respectueuses de la sensibilité et de la vie de chacune.

Nous voulons aussi garder une attention particulière envers celles qui ont ainsi souffert et réfléchir avec celles d’entre vous qui le souhaiteraient à la manière dont nous pourrions contribuer à alléger leur fardeau.

C’est le sens de ce travail de discernement et de réforme auquel la Congrégation romaine nous invite maintenant et nous comptons nous y engager résolument même si, nous le devinons, cela nous demandera du temps et de la patience.  Il nous faut avancer, ensemble, tournées vers l’avenir tout en tenant compte du passé et en intégrant ses leçons.

Sœur Rosalba, prieure générale des sœurs

Vous pouvez réagir en écrivant un message dans ce formulaire de contact :

3 + 12 =